samedi 12 décembre 2015

Doll (lettre 2)

(lettre 2)
Je numérote mes lettres parce que si on ne te les donne pas régulièrement ou si tu décides un jour de les relire, tu retrouveras un ordre.
Mon cher Johan,
J'ai posté ma première lettre pour toi hier et je me rends compte que je ne t'ai pas donné mon adresse pour que tu m'écrives. Pour être honnête avec toi, il m'est pour l'instant difficile de te la donner car je suis dans une situation embarrassante. Je ne veux pas t'embêter avec ça mais sache que la vie à l'extérieur n'est pas toujours simple et que j'aimerais moi aussi trouver un lieu dont je n'aurais pas à m'occuper puisque d'autres le feraient pour moi. Je travaille toute la journée dans le magasin de chaussures et le soir, quand je retourne à la maison, je n'y trouve personne, que des factures et du souci. Mon propriétaire qui avait été charmant au moment de la location, ne l'est plus du tout. Je crois qu'il me surveille et qu'il me vole mon courrier privé. Comme je ne veux pas prendre le risque que tu ne reçoives pas mes lettres, je me suis dit que tu pouvais peut-être attendre un peu avant de m'écrire, que j'irai à la poste et que j'ouvrirai une boite postale rien que pour toi. Ce sera notre secret. D'ailleurs, je ne sais pas si tu as remarqué mais il y a toujours de secrets dans l'amitié, des choses qu'on ne peut dire qu'a une seule personne. Oui, c'est ça, l'ami est celui avec lequel on partage des secrets et lui il nous confie les siens. Es-tu d'accord avec moi ?
Je crois me souvenir que pendant ton procès, on avait parlé de tes amis. D'une fille. Je ne me souviens plus du nom. C'était un joli nom et je suis sûre qu'elle devait être jolie aussi. L'aimes-tu ? Sans me faire voir, je peux bien te le dire maintenant, j'avais pris une photo de toi que j'ai montrée à une amie qui est presque une sœur et elle t'a trouvé beau. Elle m'a dit que tu avais un visage sage avec tes lunettes et qu'elle ne comprenait pas de quoi tu étais accusé et comment tu pouvais l'être. J'ai toujours bien aimé les hommes à lunettes, ils ont l'air plus fragiles que les autres, non ? Aimes-tu les filles qui portent des lunettes ?
Ce soir, j'ai décidé de me préparer un poulet rôti. J'en ai trouvé un tout gros chez un volailler à deux pâtés de maison du magasin ; il lui reste encore quelques poils sur le croupion que je vais enlever avec une pince à épiler  et puis, je l'enfournerai avec un peu de beurre et d'huile, sel et poivre. Peut-être que mon amie Lauren viendra en manger avec moi. Je lui ai téléphoné cet après-midi, elle n'a pas répondu. Ça lui arrive souvent et je ne lui en veux pas. En tout cas, j'espère qu'elle viendra  parce que sinon j'en aurais pour toute la semaine. S'il reste du blanc, je le mangerais entre deux tranches de pain. Tout est si cher que j'essaie de préparer mes déjeuners à la maison comme ça je n'achète rien en-dehors. Et puis, la volaille, c'est bon pour la santé et pour la ligne, n'est-ce pas !? La viande rouge est cancérigène, ils disent maintenant, je ne veux pas attraper le cancer et je ne veux pas être grosse.
Oh, le temps passe vite à t'écrire. Il est déjà 6h30 et je dois m'occuper du poulet. J'espère que tu manges bien là-bas. Il paraît que ce n'est pas fameux me disait mon frère mais il a toujours été  compliqué pour la nourriture alors je ne sais pas.  Ce qui est important est que tu manges et que tu gardes la forme.
J'y vais maintenant. Le temps passe si vite. Je te rappelle avant de te laisser que j'irai à la poste demain pour tu sais quoi.
A très bientôt Johan,
Doll.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.