vendredi 18 décembre 2015

Doll (lettre 6)

Mon très cher ami,
Grâce au ciel, Lauren n'a pas de cervelle.
Car j'avais bien compris qu'elle voulait t'écrire et maintenant, depuis ce soir, j'en suis sûre. Sûre et certaine. Suis vraiment en colère. Que ma meilleure amie me fasse ça, c'est… dégoûtant. Vers 20h30, imagine-toi qu'elle a débarqué mine de rien sans que je l'invite, avec une bouteille de vin et une tarte à la banane, toute contente, joyeuse. Elle a ouvert la bouteille, m'a servi un grand verre et a commencé à parler, parler, parler, parler de tout et de rien, d'elle surtout, de ses nouvelles fringues et de son téléphone et d'un vase qu'elle avait achetés. Un vase bleu. Je t'avoue que je n'ai pas tout de suite compris. Bon… toujours en buvant et la bouteille vidée au ¾, elle m'a montré sa nouvelle jupe et puis un nouveau soutien-gorge pas mal, c'est vrai. La tête me tournait, pas à cause pas du vin (il m'en faudrait bien plus) mais de sa voix(tu sais ces voix super aiguës).  Et hop elle en revenait toujours à ce vase tout en se moquant de moi parce que je ne rentrais pas dans sa jupe alors qu'elle s'empiffrait de tarte. Et puis elle m'a demandé : comment vont tes amours, il s'appelle comment déjà? Et là j'ai compris.
La garce. Lauren veut t'écrire, te détourner de moi. J'en suis certaine. Comme elle a cerveau de poisson rouge, elle ne se souvient plus de ton nom de famille et elle a fait tout ça pour ça. La jupe, le soutien-gorge et le vase et cette question en cerise sur le gâteau. La jupe pour me casser le moral, le soutien-gorge parce qu'elle n'en a pas besoin avec sa poitrine toute ferme et haute qu'elle porte quand même. Et le vase. Ce vase bleu parce qu'elle sait que j'aime les fleurs et que j'apprécie au plus haut point qu'on m'en offre.  Et qui d'autre que toi pourrait m'en offrir ? C'est vraiment immonde de sa part. Suis furieuse.
Évidemment j'ai rien répondu. J'ai rien dit et elle peut toujours courir pour que je lui donne ton nom. Je lui donnerai jamais. Jamais ! Après elle est partie en remballant toutes ses affaires mais en laissant la tarte. J'en ai mangé une part et puis j'ai mis le reste à la poubelle. Faudrait pas non plus que je prenne 3 kilos.
Voilà de quoi ma soirée a été faite, Johan, par la trahison de ma meilleure amie… mais ce n'est pas si grave. Ça m'a permis de comprendre que je tenais à toi. C'est vrai.
Bisous,
Doll.
PS : je sais que je ne t'ai toujours pas donné mon adresse. Je le ferai maintenant très bientôt. Et puis, t'as vu, j'ai trouvé cette police de caractère, je la trouve jolie. Et toi ?
Bisous bis.
D.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.