lundi 4 janvier 2016

Doll (lettre 19)

Cher Johan, Je crois que je suis plus raisonnable que toi. Jamais je ne pourrais lâcher mon boulot et déménager en même temps. Suis pas complètement folle. C’est la crise, on nous dit, on nous dit qu’il faut faire attention à ne pas perdre notre job parce qu’on en trouvera peut-être pas d’autres. On nous dit. Et moi j’écoute. Pas toujours mais un peu. J’écoute et je crois que je vais rester encore longtemps dans la ville à vendre des chaussures parce que tout le monde en aura toujours besoin. Parce que j’ai quand même trop peur de tout quitter et qu’il n’y a rien d’autre à faire dans le village que de contempler son nombril. Depuis ta lettre j’ai bien réfléchi. J’ai bien réfléchi. J’ai marché 100 fois dans le labyrinthe de ces ruelles pour voir si je pourrais y habiter mais il y a trop de silence et le silence c’est pesant à force. Ça tombe sur les épaules, c’est comme une armure contre les mots et le bruit. Plus rien ne filtre, on se sent encore plus seul que seul, complètement seul dans sa tête et ses pensées, dans son corps tout engourdi et ça je ne sais pas si je pourrais le supporter même si tu as peut-être raison en disant que le silence ça donne une autre ampleur ou alors quand on n’est pas seul justement, pas tout seul complètement… Et voilà que je deviens toute embrouillée !
Tu sais, Johan, il y a bien une petite location dans une maison : j’ai vu. Une grande pièce et une autre plus petite et puis un petit jardin. Ce n’est pas loin de la voie ferrée, on entend les trains passer mais ce n’est pas gênant, c’est plutôt comme un murmure alors c’est bien possible qu’il me faudrait penser à cela et pas à autre chose. Oui faudrait peut-être mieux que je t’écoute et que je me lance.
Bon mais voilà que je parle encore de moi, et toi, comment vas-tu ? Ta dernière lettre était vraiment courte. J’espère que tu n’es pas malade et que tu n’as pas d’hallucination. Est-ce que la vision que tu as eue de moi c’était comme dans un rêve ou étais-tu réveillé ? Je demande parce que tu es peut-être un magicien ou quelqu’un qui peut voir l’avenir  ou quelqu’un qui voit l’autre comme il pourrait être ? Est-ce un pouvoir ?
Tu sais, ne crois surtout pas que je ne t’écoute pas. Je t’écoute même beaucoup et si j’en parlais à Laureen, elle me dirait que je t’écoute vraiment trop. J’ai continué mes autoportraits. Je me suis amusée avec de l’encre et je crois que ce que j’ai fait c’est toi. Ou moi.
Donne-moi vite de tes nouvelles.
Je t’embrasse,
Doll.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.