mardi 5 janvier 2016

Réponse Johan

Ma très chère Doll,
je ne t'ai pas écris ces derniers temps car j'ai beaucoup voyagé. Comme le docteur Faustroll, j'ai traversé par voie maritime une ville loin des côtes. Aucun singe ne m'accompagnait, hélas, mais des insectes, des extra-terrestres, une femme/homme, une poupée gigantesque en poils de mouton, une femme coupeuse de tête. J'ai marché des nuits entières en suivant l'ombre des arrêtes d'un petit hypercube qui pend au carreau de ma cellule. Mais j'en ai presque fait le tour et j'ai à nouveau du temps pour penser à toi.
A toi… et à une maisonnette, près d'une voie ferroviaire. Ecouter la voie des trains en observant les aliens qui fourmillent dans le petit buisson qui nous sépare des rails.
Tu devrais faire un dessin.
Est-ce que l'autoroute passe de l'autre côté du jardin ? C'est comme ça que je l'imagine, moi.
Je vais essayer d'être plus loquace que dernièrement, pour tenir chaud à ta jambe droite, c'est l'hiver, le chantier du Musée est fermé, même sans neige.
Si tu habitais dans ce village, l'odeur de ton propriétaire te suivrait encore quelques jours, mais après une semaine, deux peut-être, elle commencerait à disparaître. C'est faux qu'on ne peut pas oublier une odeur. On peut tout cacher dans sa mémoire. Ensuite, il suffit d'éviter de s'approcher de toute personne qui a les mêmes traits que ton proprio.
Tu veux une photo de moi ? Je peux t'en envoyer 7. Un ami vient me voir chaque semaine. Il m'observe à travers la fenêtre de ma cellule et fait un tableau. Plus tard, peut-être, je t'enverrai aussi les dessins que j'ai fait sur les murs. Ce ne sont pas des murs. Si je le veux, c'est du vide. Ou un paysage. Ce sont des éléments de décors que je déplace à ma guise. Mes murs sont un trou dans l'espace. Je suis libre. Je t'ai rendu visite, une ou deux fois, tu ne m'as pas vu, tu étais occupée à vendre des godasses à un mère et ses enfants obèses.
C'est pas grave.
Comment va ta postière ? Tu l'as beaucoup vue ces derniers temps ? Pense à lui offrir un cadeau de noël, c'est la postière le vrai chef, elle connaît forcément tout-le-monde au village.
J'aurai peut-être bientôt un ordinateur dans ma cellule. Je n'aurai plus besoin de t'écrire à la main. Si en plus j'ai droit à une imprimante-couleur, tu pourras continuer à me lire en rouge sur fond bleu, mais ce sera plus lisible.
Avant de trop insister pour avoir ce privilège, je veux être sûr de pouvoir garder ma boite de néocolors, j'ai un travail important à finir. Plus que 19 semaines ! Le temps passe très vite, je suis débordé, il y a tellement de choses ! C'est vertigineux.
Je t'embrasse,
Johan






Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.