mardi 19 janvier 2016

Doll (lettre 24)

Mon Johan, 


On a changé d'année il y a 10 jours.
Ne voulant pas voir Laureen, je suis restée à la maison avec une bonne bouteille de vin rouge. J'ai eu raison parce que Pinocchio est passé, enfin plus ou moins raison. Nous sommes restés ensemble tard dans la nuit et comme il ne voulait pas rentrer chez lui, il a dormi dans un fauteuil en face de mon lit. Le réveil fut épique. Il ne retrouvait plus ses chaussettes ni son caleçon. Bizarre parce que je ne me souvenais plus qu'il les avait enlevés. Mais c'est ensuite que c'est devenu plus glauque quand mon propriétaire est arrivé à mon étage présenter ses vœux… Tout le monde ouvrait sa porte, j'entendais bien mais je ne savais pas que c'était lui. Quand ça a sonné ici, je suis allée ouvrir la en riant, Pinocchio était sous la table portant mon vieux peignoir rose… Le proprio n'a pas eu l'air content. J'ai reçu une lettre de lui ce matin me disant qu'il avait loué cet appartement à une seule personne, moi, et qu'il ne tolérerait pas que j'habite avec quelqu'un. 
Je ne sais pas quoi faire. Je ne connais pas les lois mais je suis étonnée qu'on ne puisse même pas inviter un ami chez soi. C'est glauque. Très glauque. 
Je ne peux pas me permettre en ce moment d'être chassée d'ici. Malade, aucun propriétaire ne voudra me louer un endroit. J'ai téléphoné à Pinocchio mais il ne me répond pas. 
J'ai un peu peur, je te l'avoue. 

C'est quand même une triste vie, non ? 
Bon… 

Et toi, comment vas-tu ? As-tu eu un menu « spécial fêtes » ? J'ai lu dans un journal que certaines prisons faisaient un effort pour Noël… peut-être que c'est vrai partout ! 
Nous, on a rien mangé de particulier. 

Où en es-tu de ta collection de mots ? 

Tu sais, je t'ai fait un cadeau… Disons que je me suis dessinée. Je t'envoie le dessin avec cette lettre. 

Je t'embrasse bien fort. 

Doll




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.